Comme beaucoup de personnes, je me pose la question de l'utilité de mon travail.

J'aime bien ce que je fais, mais il y a plusieurs choses qui ne me plaisent pas. La première d'entre elles, c'est évidemment d'être soumis à la volonté d'un patron. Cette volonté vient souvent à l'encontre de la bonne manière d'effectuer mon travail.

Mais aussi, surtout, je ne crois pas que mon travail soit bénéfique pour la société. Je ne suis pas sûr que ce soit uniquement contextuel.

Le contexte joue évidemment. Je suis dans une entreprise qui voit son chiffre d'affaires augmenter avec la crise du Covid-19.

Non pas parce qu'elle sauve des vies, mais parce qu'elle permet la continuité de l'activité des entreprises. Et pas des entreprises qui sauvent généralement des vies.

Mais je ne suis pas sûr qu'exercer mon travail (lié à la sécurité de l'information) autre part change grandement la donne.

Show thread

Là où je trouve le plus d'intérêt à m'investir, c'est dans mon rôle d'élu, de représentant du personnel, de délégué syndical.

Paradoxalement, c'est ce qui a le plus de sens pour moi. Mais pour l'exercer, et bien il faut bien exercer mon métier ^^

C'est assez paradoxal.

Mais le domaine du ludique ne m'a jamais quitté. Et l'option d'élever des chèvres, des poules et des lapins au grand air de la montagne ne me paraît plus aussi idiote et naïve que ça.

Show thread

Alors je pourrai faire des jeux vidéos pour chèvres, lapins et poules. C'est vrai. Je ne suis cependant pas très sûr des débouchés.

Je pourrai aussi faire pousser des trucs, mais si je n'arrive pas à maintenir une quelconque plante, même grasse et censée "résister à tout", en vie, j'imagine même pas la gueule du champ...

À moins d'aller cultiver en terre du Mordor, ce n'est clairement pas ma voie.

Show thread

Bref, je crois que je suis en train d'expérimenter ce que beaucoup appellent "une crise de sens" du travail.

Même si mon travail n'est pas aussi inutile qu'un trader ou qu'un directeur marketing, qui sont, eux, structurellement inutiles, je me pose quand même la question de mon apport à la société, dans le sens "au bien commun".

Je pourrai exercer dans l'associatif en parallèle, mais il n'y a pas de meilleure façon de contaminer le monde associatif que de le lier au monde de l'entreprise.

Show thread

Là où, auparavant, je regardais les initiatives du genre "acheter des champs et des maisons entre potes et gérer ça collectivement" avec un œil "cool, mais pas pour moi", je me surprends à me dire maintenant "ah tiens, pourquoi pas".

Bon, on est loin du grand saut hein. Je suis impulsif sur mes achats, pas sur mes changements de vie :p

Mais... La vie sans patron, mais uniquement avec des contraintes liées aux autres et leurs besoins de vie, le travail qui fait directement sens...

Show thread

@llm Certes. Mais le problème au fond, c'est pas ton travail, c'est de travailler pour un patron, non ?

@SammyFisherJr bah c'est toute la question quelque part.

Parce que admettons que le problème, ce soit le patron (ça fait évidemment partie du problème).

Est-ce que l'exercice de mon métier a du sens, actuellement, en dehors de la logique productiviste.

Et bien.... C'est pas si évident.

@llm dans la boite où tu es actuellement, sans doute. Après, tes compétences, elles peuvent être utilisées dans un autre contexte (je ne suis pas en train de te dire de démissionner et de fonder une SCOP hein !)

@SammyFisherJr mes qualifications tu veux dire ? :D

Je doute que celles que je mets en œuvre au jour le jour aient un sens en dehors de ce type de structure. Aujourd'hui du moins. On a toujours besoin de protéger l'information, tu me diras, la question étant "au profit de qui ?".

@llm Compétences et qualifications ce n'est pas pareil ? 🤔 il va falloir que j'y réfléchisse.

@SammyFisherJr ah mais ça n'a rien à voir. La compétence, c'est la négation même du concept de métier. C'est la capacité à effectuer une tâche en particulier, sans reconnaissance par ses pairs ou une organisation indépendante, et sans l'intégrer à un systèmes d'interdépendances qui permet à la fois de l'inscrire dans un métier, mais aussi d'en planifier l'évolution. La compétence, c'est le découpage à la tâche des métiers, et donc la suppression de la valorisation d'un métier dans son ensemble.

@SammyFisherJr la compétence "couper du bois" ne suffit pas à être menuisier. On évaluera cependant cette compétence, au regard d'un référentiel ad hoc qui change selon les entreprises (et on viendra t'expliquer que ton augmentation sera moins bonne parce que dans telle compétence tu n'as pas "+++").

La qualification, c'est tout l'inverse. C'est un niveau de reconnaissance déterminant presque directement la valeur que tu apportes par ton travail.

@SammyFisherJr Tu es qualifié menuisier, reconnu par les autres menuisier ou un référentiel déterminé indépendant de l'entreprise. Peut-être que dans ta découpe du bois (la compétence), c'est pas optimale, mais la valeur que tu apportes par ton travail dans son ensemble correspond à un certain niveau, et ta production est qualifiée de "faite par un menuisier".

Et on peut comparer des qualifications, c'est d'ailleurs pour ça qu'on a des certificats et des diplômes.

@SammyFisherJr Accepter de remplacer la qualification par la compétence, c'est accepter de supprimer l'idée de métier au profit du simple accomplissement de tâches indépendantes les unes des autres.

C'est très bien pour les entreprises, parce que ça permet de recruter moins cher, voire de payer à la tâche, comme il y a 2 siècles.

Follow

@llm Purée, c'est exactement pour ça que j'aimais lire ton Shaarli.

· · Web · 0 · 1 · 1
Sign in to participate in the conversation
chaos.social

chaos.social – a Fediverse instance for & by the Chaos community