Show more

Plus ou moins lié à ces projets de scraping d'instances Masto 

Rappel, vu les bails de timelines publiques siphonnees par des chercheurs... On se dirige vers une autorisation pour les organismes de contrôle de checker les contenus publics que vous postez sur les réseaux sociaux, officiel pour sucrer les allocs aux gens qui se montrent en ligne avec des grosses bagnoles neuves ou en vacances à ibiza.
Faites gaffe à ce que vous publiez.

Politique française 

Police nationale : RIO ne répond plus.

Déjà, même se sacrifier pour des idées, des valeurs, j'en reviens et je trouve ça pas si noble que ça. Mais alors pour le travail, nope. C'est inacceptable en fait.

Est-ce que vraiment ça mérite de manquer de mourir pour juste boucler la fin du mois ? Quand bien même l'épreuve peut nous permettre d'avancer gnagnagna, est-ce que ça mérite en premier lieu ? Non.

Parce que le burnout, dans le cadre professionnel, ça veut dire y laisser des plumes pour son travail. Le point de base du travail est quand même, dans beaucoup de cas, juste gagner de quoi vivre.

Si on tire le fil, on rentre dans une espèce de rhétorique sacrificielle, un peu christique, où c'est celui qui a le plus de blessures de guerre qui avance le plus en tant que personne. Ça me gêne beaucoup.

Et donc en plus, il y a cette couche de « ce qui ne te tue pas te rend plus fort ». Oui. Mais : est-on *obligé* de manquer de mourir pour être plus fort ?

Donc déjà ce discours, qui est de dire "in fine c'était positif" c'est un discours qui ne définit pas le burnout, c'est un discours qui dit : l'épreuve est derrière moi, j'en tire des enseignements positifs pour avancer. C'est une réinterprétation.

Présenter ce discours comme si ça définissait le burnout, c'est complètement occulter la violence inouïe du truc. C'est occulter le fait que tu peux en mourir. Ou à minima y laisser des organes. DES ORGANES.

En vrai le burnout c'est un enfer d'épuisement dont tu sais pas vraiment comment sortir et où tu fais quand même que creuser jusqu'à ce que.

Bien sûr que les être humains sont résilients, arrivent à rebooter complètement, et arrivent même à transformer positivement l'expérience pour avancer. Pour être passée par là récemment je peux dire que, heureusement, parce que t'as pas mille choix.

Oui c'est pas parce qu'on s'en remet et que l'épreuve peut permettre d'avancer que c'est désirable. Il y a des moyens moins violents d'arriver au même résultat.

Et je sais de quoi je parle.

RT @Taigasangare@twitter.com

Et un bon petit cancer aussi du moment qu'on n'en est pas mort ? Immonde. Immonde. twitter.com/Europe1/status/121

🐦🔗: twitter.com/Taigasangare/statu

Show more
chaos.social

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!